Système partisan au Bénin : UP-R : Houngbédji et son Prd s’en iront avec la bague d’alliance

0 1 558

Après l’épisode d’un divorce prématuré entre le Bloc républicain (Br) et l’ex-Udbn, la réforme du système partisan est à nouveau à l’épreuve. Au sein de la mouvance présidentielle, les points de solidité des grands regroupements politiques dandinent. Cette fois-ci, ce sont les composantes du parti Union Progressiste le renouveau (Up-r) qui pourraient se retrouver devant le juge pour consommer une rupture d’alliance.

Le parti Up-r est né de la fusion entre l’ex parti Union Progressiste (UP) présidé par Joseph Djogbénou et l’ex-Parti du renouveau démocratique (Prd) présidé par Me Adrien Houngbédji. Le protocole d’accord signé entre les deux formations politiques avait permis d’aller vers une refonte avec des modifications de logo et l’entrée des militants Prd dans les plus hautes instances du nouveau parti recomposé Up-r. Moins de deux ans après cette fusion, la cohabitation présente des signes de fragilités. Dans le département du Littoral, le défunt Prd annonce la suspension de ses activités au sein de l’Union Progressiste le renouveau.

Des sources bien introduites constatées par le Département enquête et Investigation (Dei) de votre journal Le Potentiel évoquent les raisons de cette décision de suspension. Cette décision de suspension serait motivée par le manque de considération des anciens membres du Prd section Cotonou lors de la mise en place des bureaux locaux de l’Up-r.

«Les anciens barons des fiefs du Prd dans les quartiers n’ont ni été consultés ni associés à la formation des bureaux», a lâché un ancien cacique du parti des tchoco-tchoco. Loin d’être une saute d’humeur passagère, cette décision de suspension est révélatrice des tensions et autres désaccords incurables qui rythment la cohabitation entre les anciens militants du parti UP et ceux du Prd.

S’agit-il d’une expression vive des conflits latents à l’interne ? Oui, va-t-on répondre au regard du ton téméraire utilisé par les dinosaures de l’ex-Prd qui se sentent marginalisés. Si ce fait d’armes oblige à s’interroger sur la viabilité de l’alliance politique entre l’UP et le Prd, les conséquences d’une rupture consommée sont redoutées et certains acteurs de premier plan se refusent même de l’envisager au nom de la préservation d’un idéal prôné par la réforme du système partisan. Hélas, les faits d’actualité commandent de se faire face au poids de l’évidence d’une réelle crise entre les deux entités.

Houngbédji reçoit les vœux, Djogbénou et cie absents

En politique, il y a des faits qui ne peuvent pas passer inaperçus. Alors que ça bout fort entre l’Up-r et le Prd dans le Littoral, au domicile de Maître Adrien Houngbédji à Porto-Novo ce samedi 10 février 2024, un évènement captive les attentions. Les militants du parti Up-r sont allés présenter leurs vœux de Nouvel An à Adrien Houngbédji, leader charismatique de l’ex-Prd et trois fois président de l’Assemblée nationale sous l’ère du renouveau démocratique au Bénin.

Seul hic, cette cérémonie censée réunir les militants du parti recomposé Up-r a finalement été un rassemblement exclusif des militants, anciens élus et leaders originellement du Prd. Presque 100% des acteurs politiques présents à cette cérémonie de présentation de vœux sont des militants de vieille date du parti arc-en-ciel. Le Président du parti Up-r Joseph Djogbénou, le secrétaire général du parti Up-r Gérard Gbénonchi ou d’autres membres des hautes instances du parti Up-r, le Président de l’Assemblée nationale Louis Vlavonou, les anciens dissidents du Prd comme l’honorable Augustin Ahouanvoebla… ont brillé par leur absence à cette cérémonie de présentation de vœux à Maître Adrien Houngbédji.

Banniere carrée

Or, cette cérémonie était censée être l’œuvre du parti Up-r. Seule personnalité de haut rang présente au domicile de Maître Adrien Houngbédji, le ministre Raphaël Akotègnon est lui-même un militant de souche du Prd. Sa présence à cette cérémonie est une logique, lui qui doit sa place au gouvernement grâce au soutien assumé du Prd à l’action du gouvernement Talon.

Nos sources informent que le président Joseph Djogbénou est bel et bien présent sur le territoire national de même que les figures les plus influentes des hautes instances du parti Up-r. Pourquoi cette absence remarquable à cette cérémonie de présentation de vœux à un partenaire politique de taille du profil de maître Adrien Houngbédji ? Déjà que l’on a attendu le mois de février pour présenter des vœux, soit près de deux mois après l’entrée dans la nouvelle année, contrairement à la pratique courante. S’agit-il d’un mépris ? La cérémonie est organisée pour le compte du parti Up-r avec l’absence remarquable des leaders de premier rang de ce parti.

Adrien Houngbédji ne serait-il plus un sujet d’intérêt pour ces partenaires politiques qui lui ont fait la cour et ont réussi à sceller l’alliance par fusion avec le Prd ? Ces questions demeurent intactes et les tentatives de réponse ne sauraient de dessiner en déconnexion avec les querelles ruineuses décelées dans le fonctionnement de ce couple UP – Prd à l’instar de la décision prise par les militants Prd de suspendre leur participation aux activités du parti Up-r à Cotonou.

Le Prd partira avec sa bague d’alliance

Le Parti du renouveau démocratique (Prd) finira-t-il par emboîter le pas à l’ex-Udbn de Claudine Afiavi Prudencio ? Le scénario qui se dessine n’en est pas loin. Dans un contexte de crise de cohabitation, les propos de Maître Adrien Houngbédji tenus ce samedi 10 février 2024 à son domicile à Porto-Novo sont sujets à réflexion. Maître Adrien Houngbédji s’est retrouvé en face de ”ses” militants Prd alors qu’il attendait certainement les militants et leaders du parti recomposé Up-r.

Le leader des tchoco-tchoco a aussi conscience des bruits de mécontentement de ses militants envoyés dans la fusion à l’occasion de la disparition du Prd. « La famille que nous représentons est souvent dite d’une famille défunte dans certaines bouches, dans certaines langues. Mais par cette cérémonie organisée en quelques jours, vous avez démontré que la famille en question, même si on a quelques hésitations à dire son nom, est encore debout et vivante (…)», a déclaré Maître Adrien Houngbédji devant une assistance composée exclusivement des militants Prd de souche à l’exception du maire Charlemagne Yankoti. La famille défunte n’est que la famille Prd.

Puisqu’aucun leader politique Up-r ne serait-ce que de l’Ouémé n’était présent. D’autres sources évoquent la possibilité que les organisateurs de la cérémonie étant tous des militants Prd de souche n’ont visiblement pas voulu inviter d’autres leaders politiques du même parti de la région. «Les militants Prd ont voulu faire de cette cérémonie leur chose», confie une source qui s’étonne que pour une cérémonie de présentation de vœux au nom d’un grand parti comme l’Up-r que ça soit seulement les militants Prd qui soient au-devant. Au regard de la succession de ces événements et de la lecture des propos de maître Adrien Houngbédji, l’alliance entre l’Up et le Prd ne tient qu’à un bout de fil. Le Prd annoncé pour mort est une famille debout et bien vivante selon Adrien Houngbédji.

Déjà qu’à l’occasion de la mise ensemble, le leader Arc-en-ciel insistait en 2022 qu’il ne s’agit pas d’une fusion absorption entre le Prd et l’UP. Le Prd est donc un courant bel et bien présent au sein de l’Up-r qui entend assumer à tout moment son destin d’entité indépendante. Ce qui n’exclut pas une rupture brutale de l’alliance. L’esprit d’un divorce entre l’Up et le Prd est plus que jamais présent dans les rêves. Aux leaders du parti recomposé Up-r d’en prendre conscience pour sauver l’essentiel pendant qu’il est encore temps.

Brivaël Klokpê Sogbovi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!