Promotion des cadres à l’Agence nationale des transports terrestres : ANATT: le Dg Richard Dada champion des nominations hors-normes

0 1 229

À la tête de la direction générale de l’Agence nationale des transports terrestres (Anatt) depuis sa nomination en conseil des ministres le 25 janvier 2023, Richard Dada qui vient de boucler un an dans ses nouvelles fonctions peut devenir un handicap pour la structure.

Nul n’ignore le contexte particulier dans lequel il a pris service. Entre vacance de poste suite à l’arrestation de feu Thomas Agbéva et l’intérim de Alain Hinkati, la direction générale de l’Anatt était à la recherche d’une perle rare capable d’assumer, dans le respect strict des textes, les pleines fonctions de Directeur général. Hélas ! Les faits persistants qui sortent des murs de l’Anatt sont moins glorieux et ne sont pas de nature à aider tout évaluateur à décerner un blanc-seing au Directeur général Richard Dada. En cause, des actes administratifs de promotion et de nomination à des postes stratégiques de l’Agence nationale des transports terrestres.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est la décision 000058/ANaTT/DG/DAF/SRH-MG/SP du 12 mai 2023 portant nomination du responsable matériel et logistique. Par le biais de cette décision, nos sources bien introduites informent que le Dg Richard Dada a nommé un agent d’exécution ne remplissant pas les critères de qualification requise au poste de Chef service. Des premiers recoupements effectués par le Département enquête et Investigation (Dei) du Groupe de presse Le Potentiel, il ressort que l’agent nommé dont nous taisons le nom pour le moment a été recruté à l’ANaTT avec le niveau BEPC. Mais que disent les textes qui régissent les nominations à l’Anatt ? Nos sources, documents à l’appui, indiquent que pour occuper le poste de Chef service, il faut être détenteur ou avoir été reclassé dans la catégorie des détenteurs du BAC. Visiblement nommé en violation des textes, l’agent promu a du mal à porter la charge dans un environnement professionnel où la décision de sa nomination est contestée, renseignent nos sources.

La décision a-t-elle été rapportée ? Non, répondent nos sources fustigeant du coup un choix délibéré du DG Richard Dada de fouler au pied les règles de l’Anatt. Votre Journal Le Potentiel à travers son Département Enquête et Investigation a entrepris une démarche de collecte et de traitement d’informations fondée sur le principe du contradictoire. Le 25 janvier 2025, une correspondance meublée de questions et de demande d’actes administratifs a été envoyée au Directeur général de l’Anatt.

Banniere carrée

Votre quotidien d’information attendait du DG/Anatt Richard Dada, d’infirmer ou de confirmer les faits de violations des textes dans ce dossier de nomination d’un Chef service des moyens généraux. L’agent promu a-t-il été reclassé dans la catégorie des détenteurs du BAC ? Si oui, quel est l’acte attestant ce reclassement ? Dans le cas contraire, il a été demandé au DG Richard Dada d’exposer la disposition légale ou réglementaire qui le fonde à nommer un agent ne disposant pas des qualifications nécessaires pour occuper le poste de Chef service. Richard Dada devrait aussi souligner, au cas où la violation des textes serait confirmée, si c’est une pénurie de cadres au sein de l’Anatt qui l’oblige à nommer un agent d’exécution à un poste de conception.

À l’heure où nous mettons sous presse, aucune suite n’a été donnée à ces différentes préoccupations. Le Directeur général de l’Anatt Richard Dada a préféré faire de la rétention d’informations, sinon l’entrave aux droits d’accès à l’information au mépris des prescriptions du Code de l’information et de la communication en République du Bénin. La procédure de demande d’actes administratifs comportant des informations à caractère public et la démarche du contradictoire qui engage un préposé de l’État ont des fondements légaux. Garder silence ou refuser de donner suite dans les délais requis à une demande de telle nature d’un média est juste un faux pas dans la gestion d’un Directeur général d’une agence publique.

Le silence du DG Richard Dada renforce davantage les doutes sur la qualité du travail en cours à l’Anatt. Bien avant les bruits de couloirs qui remontent en surface ce dossier de Chef service, le Dei du Groupe de presse Le Potentiel constituait une banque de données relatives à toutes les procédures de nomination à l’Anatt depuis la prise de service du nouveau DG Richard Dada.

À la suite d’un travail de collecte diligenté, nos sources précisent que plusieurs décisions de nominations fantaisistes ont été prises à l’Anatt. Avec un salaire mirobolant et entouré de cadres nommés et contestés, quelle est la plus-value à l’actif du DG Richard Dada depuis sa prise de fonction? Cet article n’est que le premier d’une série de publications que le Dei du journal Le Potentiel mettra à disposition de ses lecteurs à la suite de l’investigation. À suivre…

B. K. S

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!