Fonction publique : Des ”patrons” envoient toujours des retraités en mission

0 868

Le phénomène est presque labellisé par la pratique routinière des grands ”boss” de l’Administration publique. Cela frise un mépris total des règles qui régissent le fonctionnement de l’administration publique. Alors qu’ils sont admis à faire valoir leurs droits à la retraite, certains agents de l’État sont parfois maintenus au poste illégalement, mais sont aussi les premiers à se retrouver sur des terrains de mission tous frais payés par le contribuable béninois. Le Département enquête et Investigation (Dei) du Groupe de presse Le Potentiel a reçu plusieurs dénonciations depuis quelques mois. Début janvier, notre équipe d’investigation s’est particulièrement intéressée au phénomène.

Un échantillon d’agents retraités, mais toujours présents sur des missions officielles a été constitué sur la base des informations collectées auprès de nos sources des différents réseaux d’informateurs dans l’Administration publique. Face aux questions de l’équipe du Dei appuyées par des références des missions querellées, les agents retraités interrogés sont passés aux aveux. « Nous y allons (…) et nous partageons une partie des frais de mission avec les chefs […] », confient certains agents interrogés par l’équipe du Dei de Le Potentiel.

L’échantillon constitué regroupe des agents provenant de plusieurs secteurs avec un gros lot issu du secteur de la santé. Plusieurs zones sanitaires souffrent en effet de ce mal. Dans plusieurs localités, les ”chefs” continuent d’envoyer en mission des agents retraités admis à faire valoir leurs droits à la retraite depuis janvier 2024. Jamais un sans deux, dit-on. En plus de ce phénomène des retraités en mission, le constat et les dénonciations révèlent que des agents d’entretien ou des secouristes sont utilisés comme des conducteurs de véhicules administratifs dans certaines zones sanitaires.

Banniere carrée

Un choix qui, non seulement, est non réglementaire, mais aussi met en péril le patrimoine de l’État. Des agents d’entretien et des secouristes ne sont pas formés pour conduire des véhicules administratifs. Mais les voilà désormais au volant avec des risques d’accident, de perte en vie humaine et de destruction du matériel roulant de l’État. Ces deux faits n’honorent guère l’Administration publique.

Le Ministère des Finances, à travers le Système d’encadrement des missions officielles (Semo), doit réaménager la plateforme pour y intégrer les dates d’admission des agents à la retraite. Cela empêcherait sans doute les grands ”boss” de l’Administration publique et plus particulièrement ceux du secteur de la santé de continuer à parachuter des retraités sur des missions alors que d’autres fonctionnaires qualifiés encore en postes sont là. Parallèlement, il est plus qu’urgent de faire un inventaire des agents retraités pour les extirper du Semo. Il s’agit d’une œuvre de salubrité et de mise à jour qui permettra de limiter la fraude en cours actuellement sur les ordres de mission délivrés à des retraités.

B. K. S

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!