Après les analyses de toxicités au laboratoire: Suspension de la fabrication et de la commercialisation de l’aphrodisiaque dénommée “ATTOTE ORIGINAL 100% NATUREL” en Côte d’Ivoire

0 5 067

En Côte d’Ivoire, l’Autorité Ivoirienne de Régulation Pharmaceutique (AIRP) a suspendu à travers une note d’information en date de ce 11 Avril 2024, la fabrication et la commercialisation des produits dénommés «ATTOTE ORIGINAL 100% NATUREL» et «LA PAIX CONGNONS-MOUSSO-YAKO». Utilisés par les hommes pour booster leurs libidos, ces produits après plusieurs tests de contrôle qualité effectués par le Laboratoire National de Santé Publique (LNSP) de la Côte d’Ivoire ont démontré la présence d’importantes quantités de SILDENAFIL dans ces produits.

“Produit chimique, le sildenafil est indiqué dans la prise en charge du dysfonctionnement érectile. L’introduction de cette substance dans ces produits dits naturels constitue une adultération de ceux-ci. Il ne s’agit donc plus de produits naturels fabriqués exclusivement à base de plantes”, a alerté l’AIRP.

Mais cette alerte doit rapidement attirer l’attention des pays voisins de la Côte d’Ivoire dans lesquels ces produits suspendus circulent à foison, mettant ainsi la vie des populations en danger.
C’est le cas du Bénin dans lequel l’«ATTOTE ORIGINAL 100% NATUREL» existe sur le marché et consommé par plusieurs individus pour leurs activités sexuelles.

Banniere carrée

La consommation de ces produits frelatés, surdosés au sildenafil entraîne des maux de tête et des vertiges”, peut-on lire dans la note d’information qui ajoute que “Chez les patients hypertendus ou présentant des risques cardiovasculaires, des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC), des crises cardiaques, voire la mort subite, peuvent survenir”.

Au regard de ces conséquences désastreuses, il urge que l’Autorité Béninoise de Régulation Pharmaceutique (ABRP) et le Ministère de la Santé prennent leurs responsabilités en allant à l’école de la Côte d’Ivoire.

Ce serait une manière toute simple et normale de sauver la vie de ces jeunes béninois qui s’adonnent à la consommation de ce produit sur la ligne rouge en Côte d’Ivoire et qui les exposent à la mort.

UlrichZinsou

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!