Appel à l’insurrection et à la révolte populaire: le célèbre “WhatsAppien” Remy Gnamakpo arrêté et placé en GAV par les éléments de l’OCRC

0 12 705

En début de cette semaine, et plus précisément le lundi 15 Avril 2024, un média sans existence légale a déversé des diatribes et de graves propos attentatoires contre l’honneur et la réputation de Joseph Djogbénou, ancien président de la Cour constitutionnelle et président du parti Union Progressiste le renouveau ( Up-r). Quelques heures après la diffusion de la une de ce média sans contenu, le célèbre “whatsappien” dénommé Rémy Gnamakpo connu pour ses audios virulents sur les réseaux sociaux, reprend presque mots pour mots dans un audio devenu virale sur la toile les écrits de ce journal inexistant en langue fon pour atteindre même les analphabètes.

Le président de l’UPR, le célèbre Avocat Joseph Djogbénou a fait une sortie médiatique pour démentir les propos qui lui ont été attribués par ce média et relayé par Rémy Gnamakpo en promettant que l’action pénale interviendra pour décourager les attitudes du genre à troubler la quiétude des honnêtes citoyens.

Bien avant cela, le même Rémy Gnamakpo a fait des audios appelant à un soulèvement populaire presque des populations contre les fonctionnaires de la police républicaine sans compter d’autres dizaines d’audios qui ne manquent pas des propos délictueux dans leurs contenus.

Banniere carrée

Depuis lors, une enquête est ouverte et de sources fiables proche de la famille de l’intéressé, les éléments de l’Office central de Répression de la Cybercriminalité (OCRC) bras opérationnel de la Cour de Répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) ont procédé à l’interpellation de Rémy Gnamakpo.

La source exclusive du webmedia média Le Potentiel renseigne qu’il a été arrêté un peu après 8h et respire pour l’heure, l’oxygène de la garde à vue en attendant d’être auditionné sur procès verbal.

Conformément à la procédure en la matière , il sera présenté au Procureur de la CRIET en début de semaine prochaine pour répondre de ses actes, notamment les contenus de ses audios. À suivre

Joseph Sossou

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!