Guinée : Réclusion à perpétuité requise pour l’ancien président Guinéen Moussa Dadis Camara

0 470

Le procureur au procès du massacre du 28 septembre 2009 en Guinée a réclamé mercredi la réclusion criminelle à perpétuité pour l’ex-dictateur Moussa Dadis Camara et plusieurs anciens responsables. Le magistrat Alghassimou Diallo a refusé toute circonstance atténuante, invoquant l’absence de regrets des accusés depuis l’ouverture du procès en septembre 2022. Le verdict a été suivi avec attention par toute la nation, retransmis en direct à la radio et à la télévision.

Alghassimou Diallo a demandé que Moussa Dadis Camara soit déclaré coupable de « crimes contre l’humanité par meurtres, assassinats, torture, séquestration, viols et responsabilité de supérieur hiérarchique ». Il a également requis la requalification des faits pour les 11 autres accusés, dont un jugé par défaut et un autre évadé de prison après le début du procès.

Banniere carrée

Le procureur a requis des peines de prison à vie, assorties d’une période de sûreté de 30 ans pour Moussa Dadis Camara et six autres accusés. Trois autres accusés pourraient écoper de 15 ans de réclusion, tandis que deux accusés risquent 14 ans de prison. Le procès reprendra lundi avec les plaidoiries de la défense, qui devraient durer plusieurs jours avant le délibéré final des juges. Les victimes du massacre ont attendu des années pour que justice soit rendue. Sous la junte au pouvoir depuis 2021, l’affaire a finalement été portée devant un tribunal. Néné Aissatou Ndané Doumbouya, une infirmière à la retraite violée lors des événements, a exprimé sa joie après l’audience. « Le reste ne m’intéressait plus, tellement j’étais soulagée, ivre de bonheur », a-t-elle déclaré.

Selon un rapport de la commission d’enquête internationale mandatée par l’ONU, au moins 156 personnes ont été tuées et des centaines blessées lors de la répression d’un rassemblement de l’opposition le 28 septembre 2009 à Conakry. Au moins 109 femmes ont été violées. Les chiffres réels pourraient être encore plus élevés, soulignant l’ampleur de cette tragédie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!