Bénin/Route des Pêches : Le gouvernement corrige les coordonnées géographiques erronées

0 61

Le décret n° 2005-664 du 3 novembre 2005 portant classement de la zone à vocation touristique exclusive de la route des pêches prescrit une superficie de 15.853 hectares, largement supérieure à l’emprise du projet qui est de 3.712 hectares sur terre ferme. En conséquence, des études complémentaires et actualisées ont montré que cette superficie est largement supérieure à l’emprise du projet qui est de 3.712 hectares sur cette ferme. Cette imperfection a eu naturellement pour conséquences, l’arrêt des opérations foncières relatives au périmètre, et même de celles de situant hors de l’emprise réelle du projet. En réalité, l’imperfection constituait un coup d’arrêt aux initiatives socioéconomiques aussi bien privées que publiques dans la zone. À l’analyse de tout ceci, le gouvernement a décidé ce 29 avril de corriger les coordonnées géographiques du périmètre objet de la déclaration d’utilité publique intervenue en 2006 aux fins d’être en cohérence avec l’identification et la délimitation du domaine. Pour assurer l’adéquation des constructions environnantes avec la vocation de la zone, la création de zones d’aménagement concerté dans le périmètre est retenue pour en assurer le développement harmonieux. Dans cette perspective, il sera procédé au dégel des demandes de titres fonciers en instance portant sur des parcelles de la zone déclassée.

Banniere carrée

Une décision à portée sociale …

Il est à noter que la décision recèle une portée sociale. En effet, elle permettra désormais aux acquéreurs et autres propriétaires terriens de la zone de savoir sur quel pied danser ; surtout ceux qui détiennent des propriétés dans la zone maintenant déclassée. Puisque la mesure participe à la sécurisation du foncier et rassure toute personne qui a l’intention d’y investir à enclencher les formalités. Aussi ouvre-t-elle la voie à un regain d’activité qui pourrait venir conforter l’option de l’administration Talon de transformer la zone. Mieux, le gouvernement Talon tient à faire de cette zone un atout d’offre touristique moderne en optant pour la création de zones d’aménagement concerté dans le périmètre afin d’en assurer le développement harmonieux. La preuve que la libération des énergies pour des initiatives n’est pas un blanc-seing pour des aménagements « sauvages ». Ceux-ci seront encadrés pour garder l’originalité du projet. Telle est d’ailleurs la concrétisation de la vision du gouvernement pour la zone dont les projets commencent à prendre et connaîtront un coup d’accélérateur. Quoi qu’on dise, le peuple doit se réjouir de la gouvernance du président Patrice Talon qui va au concret, entre dans le vif du sujet en aplanissant les difficultés pour faire du “durable”. Ce projet de développement de la Route des Pêches qui a longtemps été une arlésienne en est une preuve.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!