Désignation des nouveaux locataires d’hôtels de ville: Des maires contestés par leurs administrés

1 57

Des maires de plusieurs communes du Bénin ont  été désignés ce samedi notamment dans les 3 communes à statut particulier (Cotonou, Porto-Novo, Parakou) sans oublier Abomey-Calavi, Sèmè-Podji, etc. Mais on constate dans l’ensemble qu’il y a des conseillers frustrés qui n’ont pas digéré le fait que certains de leurs pairs soient désignés contre leur gré. Au-delà des élus communaux et municipaux qui n’ont pas pu s’entendre entre eux, il y a que des populations ne sont pas du tout d’accord avec les choix opérés par les dirigeants des partis politiques. Et cela risque d’agiter certaines localités les prochains mois.

C’est le cas par exemple à Houéyogbé  dans le département du Mono où la réélection de Cyriaque Domingo considéré comme un ouvrier de la 25e heure, par non seulement ses administrés mais aussi et surtout par des conseillers du parti Union progressiste est contestée. Le samedi dernier quelques heures seulement après sa désignation, un mouvement de contestation a été noté à dans l’un des arrondissements de la commune. L’homme fort de Houéyogbé a certainement a été aidé par  une nouvelle disposition du code électoral qui exige que le maire, ses adjoints et les chefs d’arrondissement soient proposés par le parti qui détient la majorité absolue des sièges, pour se faire réélire. Et puisqu’à Houéyogbé le Bloc républicain (Br) a obtenu 15 sièges contre 10 pour l’union progressiste, l’ancien député a repris son fauteuil de maire des Sahouè.

Banniere carrée

Selon l’artiste Eric Thossou dit Eric Thom’son, originaire de la localité, cette reconduction de Cyriaque Domingo dans ses charges sonne comme un espoir déçu, une attente non satisfaite, un nouveau chemin de croix d’où la colère manifestée. Il dit comprendre la colère des siens au regard du retard que connait Houéyogbé en comparaison à d’autres communes du Bénin. « Les responsables qui ont œuvré à la mise en place de cette équipe communale en ont pleine conscience et sauront faire le nécessaire pas faire perdre un mandat supplémentaire à notre chère commune », a-t-il laissé entendre.

Comme à Houéyogbé, le nouveau maire de Malanville dans le département de l’Alibori est aussi rejeté par la population. À Djougou, le collectif des rois et des traditionalistes ne veut pas de l’équipe communale qui est en train d’être proposée. Pour eux, pas question de désigner un conseiller au poste de premier adjoint au maire, si ce n’est le maire sortant. Ces remous en début de mandature pourraient compromettre la gouvernance locale.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!