Détection et dénonciation de la corruption: Alcrer et Social Watch Bénin trouvent la meilleure formule

0 65

Après de multiples actes concrets de lutte contre la corruption, l’Ong Alcrer et Social Watch Bénin puisque c’est d’eux qu’il s’agit, ont lancé hier un manuel pratique qui aidera désormais dans la détection et la dénonciation du mal. Il s’agit du document intitulé « mieux connaître la corruption pour mieux la combattre ». Un document très riche et pratique à l’usage de toutes les Organisations de la société civile (OSC) aux fins de mener efficacement la lutte contre « l’ennemi » du développement.

Banniere carrée

Le président Martin Assogba de l’Ong Alcrer, la présidente Blanche Sonon de Social Watch Bénin et Cie s’emploient régulièrement à combattre les corrupteurs et corrompus. Hier mardi 30 juin 2020, ils étaient devant les hommes des médias à Cotonou pour présenter la nouvelle thérapie efficace à l’actif de toutes les Osc. Le manuel « Mieux connaître la corruption pour la combattre » composé de 70 pages vise à permettre aux Osc et au public de s’enquérir des astuces de lutte contre la corruption. Après avoir exposé les divers résultats du Programme PartiCiP II et de la plateforme Anticorr, la présidente Sonon a laissé entendre que la corruption freine le développement économique, accroît les coûts des entreprises, sape la légitimité du Gouvernement et réduit la confiance du peuple. « Elle déforme le résultat des élections et complique la mise en œuvre des politiques publiques. En somme, elle augmente la pauvreté », a-t-elle ajouté pour faire noter l’impact négatif du phénomène.

Un précieux outil pour détecter et dénoncer la corruption…

 

À l’en croire, le manuel a été réalisé et édité dans le cadre du Projet de renforcement des Osc pour la détection et la dénonciation de la corruption (Projet 2D Corruption), mis en œuvre en association avec le Fonac (Front des organisations nationales contre la corruption). Poursuivant ses explications, la présidente a fait remarquer que le manuel doit permettre aux acteurs de la lutte (gouvernants, acteurs judiciaires, Osc) et au public de s’approprier plus aisément les contenus des actes de corruption et des infractions connexes. À l’en croire, le manuel réalisé avec des termes clairs et compréhensibles se veut être un précieux outil pour démystifier la diversité pénale de la corruption. « Il nous donne l’occasion d’améliorer notre action de lutte contre la corruption en renforçant notre connaissance du phénomène, de son encadrement juridique et des mécanismes qu’on peut actionner pour mieux détecter, documenter et dénoncer les malversations financières », a assuré avec un ton convaincant l’Autorité de Social Watch Bénin. Aussi, le document permettra-t-il aux acteurs de lutte contre le fléau de continuer à sensibiliser le public à travers des émissions radiophoniques. Prenant la parole, le président Alcrer a réitéré leur engagement de poursuivre la lutte. Ainsi a-t-il dévoilé des dossiers de dénonciation qui sont récemment venus à leur portée et qu’ils entendent étudier jusqu’au bout. Pour finir, le président Assogba a invité les hommes des médias à continuer à sensibiliser les populations sur l’existence réelle et la dangerosité du virus Corona dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!