Médias en ligne : Autorités de la HAAC et promoteurs ont échangé

0 66

Selon les explications du conseiller Bastien Salami, la lenteur observée dans le processus d’attribution est dûe au blocage au niveau des tribunaux. En effet, les dossiers des demandeurs doivent contenir les casiers judiciaires délivrés au niveau des tribunaux à la suite d’enquêtes de moralité réalisées par les présidents des tribunaux sur des lieux d’installation des médias avec délivrance. « Normalement, l’établissement de ces cassiers judiciaires et l’enquête de moralité, est la condition sine qua non pour l’attribution d’autorisation mais, la Haac a été bloquée sur les instructions des tribunaux jusqu’aujourd’hui » a expliqué Bastien Salami. De plus, poursuit le conseiller Il a été confié à l’Autorité de régulation de la communication électronique et de la poste (Arcep-Bénin), les opérations de vérification concernant les noms des domaines et les hébergements des médias en ligne en cours de création.

Banniere carrée

La Haac a lancé en 2018, un appel à candidatures pour la sélection des exploitants d’internet fournissant des services de communication audiovisuel avec au total 32 dossiers enregistrés par ses services mais la complétude des dossiers posaient de problème et elle a à nouveau invité les promoteurs à compléter. Seulement 24 dossiers ont pu obéir aux exigences et sont à la phase d’enquête de moralité. Les autorités de l’instance de régulation rassurent et promettent trouver une solution. « La Haac, notre maison commune, n’a guère que le souci de faire promouvoir l’Etat de droit, la liberté de presse garantie à tous les citoyens, la liberté d’expression », a déclaré le conseiller Fernand Gbaguidi.

Ange M’TOAMA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!