Soutenance de thèse de doctorat à l’Uac: Chabi Mouka Jules fait docteur en droit privé

0 38

C’est avec brillance, éloquence et approche scientifique, qu’il a défendu les fruits de ses recherches ce samedi 11 juillet 2020 à l’Université d’Abomey-Calavi. Chabi Mouka Jules, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a soutenu sa thèse de doctorat sur le thème  “Le juge dans la procédure de traitement des difficultés des entreprises en droit OHADA”. Un sujet qu’il a documenté, mais aussi traité avec l’œil du pratiquant du droit. L’impétrant a recouru à l’approche historique du fait, procédé au cloisonnement des données théoriques d’avec le vécu, le concret, le quotidien du juge. Pour évaluer la teneur et jauger la pertinence de la démarche scientifique dans le traitement ainsi que la qualité scientifique des propositions, un jury international constitué d’éminents professeurs de droits était là. Le jury était composé d’un président en la personne du Professeur Dorothé C. Sossa, Agrégé des facultés de droit, professeur titulaire, Université d’Abomey-Calavi ; des rapporteurs en la personne du professeur Laurent Agbenoto, Agrégé des facultés de droit, Université de Lomé ; du professeur Yaya Bodian, Agrégé des facultés de droit, Université Cheikh Anta Diop et du professeur Moktar Adamou, Agrégé des facultés de droit, Université de Parakou. Au rang des membres du jury international, le professeur Ndiaw Diouf, Agrégé des facultés de droit, Professeur titulaire, Université Cheikh Anta Diop et le professeur Joseph Djogbénou, Agrégé des facultés de droit, Université d’Abomey-Calavi. Dans un contexte de la pandémie à Coronavirus (Covid-19), cette soutenance de thèse de doctorat s’est déroulée par visioconférence  à l’Université d’Abomey-Calavi de 9h à 12h45.

 

Un travail scientifique pertinent couronné par la mention honorable

Banniere carrée

 

Face à ce jury international, l’impétrant Chabi Mouka Jules a fait un brillant exposé sur les subtilités auxquelles le juge fait face dans la procédure de traitement des difficiles des entreprises en droit Ohada. D’une façon synthétique, l’impétrant démontre dans sa thèse que dans le contentieux du traitement des entreprises en difficulté, le juge est garant de la préservation de tous les intérêts affectés par les défaillances. Chabi Mouka Jules explique que c’est pour lui (le juge) permettre de mener à bien sa mission que le législateur a mis à sa disposition des moyens processuels spécifiques, aux fins de maîtrise de l’instance de traitement et de l’exécution immédiate de ses décisions. Les recherches minutieuses menées par Chabi Mouka Jules révèlent l’existence d’obstacles d’ordre fonctionnel, structurel et institutionnel. À l’issue de cette démonstration lumineuse qui recèle d’une démarche scientifique et raisonnée, le chercheur ne s’est pas empêché de faire une série de propositions susceptibles de favoriser le déroulement et du dénouement rapide et efficace de la procédure de traitement. Très percutant et pertinent dans son raisonnement, Chabi Mouka Jules a emporté l’admiration des membres du jury international, tant ses réponses et clarifications apportées suite aux questions n’ont laissé aucun  espace au doute. C’est donc logiquement pour cette performance unique qu’à l’issue de la soutenance, Chabi Mouka Jules a été élevé au grade de docteur en droit privé. Pour le Président du jury international, le professeur Dorothée Sossa, la qualité du travail est fort appréciable et mérite la ”mention honorable avec félicitations du jury”. Ce magistrat à la Cour d’appel de Cotonou entre ainsi dans le cercle fermé des docteurs en droits privé et peut valablement faire valoir les compétences liées à son nouveau grade au sein de la communauté scientifique.

Eudoxie Aklanty

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!