Présidentielle 2021: Une foule hypocrite de partisans derrière Talon

0 35

Dans environ six mois, les Béninois ont rendez-vous avec les urnes dans le cadre de l’élection présidentielle. Mais avant même l’entrée en scène des prétendants au trône présidentiel, le débat politique est polarisé dans les chaumières.

Sous le feu des projecteurs, des partisans et sympathisants du régime de la Rupture. Tous s’alignent et reprennent en chœur l’hymne de louanges à Patrice Talon, l’homme qui gouverne le Bénin depuis le 6 avril 2016. Durant presque deux mois, le silence du Président de la République sur sa candidature en 2021 a fait le lit à un florilège d’actions et d’initiatives. Des discours pour appeler à un second mandat, des sorties médiatiques, des marches d’individus, la grève de la faim et autres actes insolites ont été observés. Des mouvements de jeunes et de femmes drainant la foule ont investi le terrain et les médias pour, disent-ils, soutenir les actions du chef de l’État et l’appeler à briguer un second mandat.

Banniere carrée

La foule à craindre

Patrice Talon ne dit rien sur sa candidature ou non en 2021. Les citoyens qui disent le soutenir veulent lui forcer la main pour qu’il se représente à l’élection présidentielle. Pour parvenir à leurs fins, les organisations de ces mouvements d’appels à un second mandat tentent de faire croire au Président que sa réélection est d’ores et déjà assurée. Là-dessus, ces soi-disant soutiens politiques de Patrice Talon mobilisent la foule pour susciter sa candidature. Mais au fond, il s’agit de la poudre aux yeux. L’hypocrisie de la foule en politique n’est plus à démontrer. Les revers d’un soutien de masse affichée dans les médias sur fond de ruse sont une réalité au Bénin. Le but de ces mouvements de foule qui crient est de conditionner le Président Talon à croire que le terrain politique est conquis pour sa cause. Mais Patrice Talon n’est pas dupe et il a encore en mémoire le panier à crabes dans lequel son challenger Lionel Zinsou s’était retrouvé. Alors que la foule criait fort le nom du candidat Lionel Zinsou avec des mouvements de masse derrière, les résultats des urnes ont été tout autres. Les vrais électeurs sont allés voter contre ce candidat Lionel Zinsou pourtant porté en public par la foule. Patrice Talon qui avait remporté la victoire en 2016 avait plutôt opté pour une discrétion, l’occupation réelle du terrain et le partage de son projet de société qui avait séduit beaucoup. S’il a gagné l’élection présidentielle en 2016 avec une stratégie simple, ce n’est pas maintenant qu’il a un bilan de gouvernance à défendre qu’il va se jeter dans le bruit et le tintamarre politiques. Les populations pour lesquelles Patrice Talon a travaillé pendant ces cinq dernières années observent bien le bilan. Elles sauront trancher en fonction de cela dans le sens d’un second mandat ou d’une rupture de confiance. Le désir de conservation du pouvoir d’État est une faculté délaissée à Patrice Talon. Il s’agira d’un rendez-vous entre lui et son peuple, le vrai peuple. Les mobilisations de masses qui brouillent le jeu politique n’offrent aucune assurance de victoire de go au Président Patrice Talon. D’ailleurs, ces mouvements de foule assis sur l’hypocrisie tentent d’usurper le rôle des partis politiques censés animer la vie politique selon la réforme du système partisan. Patrice Talon, très avisé du jeu politique doit ainsi se méfier de ces amuseurs de galerie qui mobilisent la foule pour présenter des gadgets en termes de soutien politique.

Eudoxie Aklanty

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!