Quota horaire de cours des enseignants aspirants: Mahougnon Kakpo dissipe les inquiétudes

4 47

Depuis 2016, le Gouvernement s’est attaqué à cette situation pour y apporter une solution efficace et durable en mettant en place une base de données de compétences pour les enseignants qui aspirent aux métiers d’enseignant. Ainsi, trois tests ont été effectués l’année dernière. Les deux premiers ont permis au Gouvernement, par le biais de l’Agence Nationale pour la Promotion l’Emploi (ANPE), de recruter plus de 14.875 enseignants aspirants. Malgré ce recrutement, certaines matières essentielles telles que le Français, les Mathématiques, les PCT, …etc., n’ont pas eu suffisamment d’enseignants. Il avait été demandé aux enseignants qui ont reçu une formation de base initiale dans des matières de bien vouloir intervenir dans d’autres disciplines qui sont connexes à leurs disciplines.

 

Cette année, le 3ème test organisé n’a pas permis de pourvoir en enseignants qualifiés tous les besoins qui sont exprimés. Pour y faire face, le Gouvernement a décidé d’augmenter le quota horaire de des enseignants aspirants afin que toutes les classes ne soient sans enseignants. D’après le Ministre Mahougnon KAKPO, c’est un effort supplémentaire qui est demandé par le Gouvernement et qui ne sera pas sans une contrepartie.

 

Banniere carrée

Concernant cette dernière, le Ministre a fait savoir que pour plus de 4 milliards FCFA, le Gouvernement prendra en charge la part sociale de ces enseignants aspirants qui seront déclarés à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale. Ceux-ci pourront, en évoluant dans ce secteur d’activité, bénéficier à terme, soit d’une retraite intégrale ou encore d’une retraite proportionnelle en fonction du nombre d’années exercées dans la profession. Une prime d’éloignement sera accordée aux enseignants aspirants qui seront affectés dans certains départements de notre pays.

 

Ainsi, les enseignants qui seront affectés dans les départements de la Donga, du Borgou et les Collines, bénéficieront d’une prime de 5% de leur salaire. Par contre, ceux qui seront affectés dans les départements de l’Alibori et de l’Atacora bénéficieront d’une prime de 10% de leur salaire. Pour finir, le Ministre Mahougnon KAKPO, a fait savoir qu’un contrat de travail sera signé entre le gouvernement et les enseignants aspirants intéressés. Ceux-ci peuvent accepter de signer le contrat avec une masse horaire de 30 heures hebdomadaires ou peuvent aussi décider de rester dans la prestation en heure de vacation.

B.D.

4 commentaires
  1. Sovissi Simon dit

    Et si on arrêtait de s’embrouiller pour embrouiller moins l’éducation au grand damne de tout le système que sont l’État et la République !

  2. COOVY dit

    Quel est le lien entre les 30 heures hebdomadaires de cours, la bivalence la le droit à une pension de retraite ?
    Ceux qui ont eu leurs pensions auparavant avaient-ils eu besoin de faire 30 heures de cours tout en enseignant pendant 30 heures chaque semaine dans 2 disciplines ?
    Pensons à la qualité des enseignements dispensés…
    N’importe quoi!

  3. COOVY dit

    Quel est le lien entre les 30 heures hebdomadaires de cours et le droit à une pension de retraite ?
    Ceux qui ont eu leurs pensions auparavant avaient-ils eu besoin de faire 30 heures hebdomadaires de cours tout en enseignant dans 2 disciplines ?
    Pensons à la qualité des enseignements dispensés.
    N’importe quoi!

  4. Dieu est vérité dit

    Il est important de penser au niveau à donner à nos enfants. Enseigner signifie t il faire un lecture d un livre ou d un ancien cahier aux enfants? Pour quelles raisons des gens vont se faire former à l’Université en français, ou PCT? Comment comprendre qu’ un professeur d histoire pourra dispenser un cours de PCT? en quoi PCT est une matière connexe à l histoire? Est ce cette formation que les actuels dirigeants ont reçu? Je pense que le chef de l État ne peut pas tout faire tout seul, et c est conscient de cela, qu’ il se fait accompagner par des ministres qualifiés dans leur domaine et des conseillers. Mieux ces ministres ont des directeurs de cabinets pour les accompagner. Je pense que le ministre a obligation de dire la vérité au chef de l État, et non l accompagner dans les erreurs. Le ministre doit avoir le courage de dire non quand c est nécessaire et d argumenter. Ce n est pas en disant la vérité au chef que l on est forcément limogé, et même si l on est limogé au nom de la vérité, alors on part tout en restant digne. On laisse sa marque pour toujours, car le chef finira par réaliser qu’on a raison. Face au tribunal de sa conscience,on se dit toujours la vérité. Soyons vrai dans nos décisions pour faire des choix judicieux pour l éducation de nos enfants. Nos enfants doivent être compétitifs à l extérieur. Aucune matière ne doit se faire au rabais à nos enfants. Aussi, nul n est éternel à un poste de responsabilité. Tout fini toujours par passer, la seule chose qui reste est le bien que vous aurez fait. Que l Esprit Saint éclaire et assiste chacun de nos dirigeants, et que maman Marie, prie pour tous ceux qui ont un partiel de pouvoir dans gestion de notre cher pays le Bénin. Amen

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!