Déni du droit de démission à l’UP : Amoussou viole sans gêne la charte des partis politiques

0 56

Au sein de la mouvance présidentielle, un mauvais signal a été envoyé depuis le parti Union Progressiste (UP). Alors que l’on clame les vertus de la réforme du système partisan avec un attelage censé solidifier la démocratie et les partis politiques, les responsables du parti Union Progressiste rament à contre-courant.

Un seul homme ici assume cette fausse note. Il s’agit du président du parti UP, Bruno Amoussou (octogénaire). En effet, il y a quelques jours, Fiacre Godemé, militant engagé du parti Up a exprimé son souhait de rompre les amarres avec ce parti de la mouvance. Suivant la règle usuelle, Fiacre Godemé a adressé au bureau politique du parti UP, sa lettre de démission. En réponse à cette correspondance, le président du parti UP Bruno Amoussou a adressé une fin de non-recevoir au militant démissionnaire. Il s’agit d’un refus catégorique. Le courrier du président Bruno Amoussou en date du 6 novembre 2020 ne laisse aucune marge de manœuvre à Fiacre Godemé qui a voulu quitter le parti UP pour des raisons qui lui sont propres. “Reconnaissant votre fort engagement et militantisme envers l’Union Progressiste depuis sa création et conformément aux dispositions de l’article 11 du règlement intérieur du parti, nous sommes au regret de ne pas accéder à votre décision de démission et vous prions de bien vouloir la retirer”, lit-on dans la lettre signée par Bruno Amoussou en réponse à celle portant démission du militant Fiacre Godemé. Même si le président Bruno Amoussou évoque l’article 11 du règlement intérieur du parti UP pour s’opposer à une démission d’un militant, il est tout aussi évident que cette position entre en conflit avec la loi portant charte des partis politiques en vigueur au Bénin. Selon l’article 11 de la loi portant charte des partis politiques, ‘‘tout citoyen jouissant de ses droits civils et politiques, est libre d’être membre fondateur ou d’adhérer au parti de son choix. Il est tout aussi libre d’en démissionner (…)”. Il va sans dire que la loi portant charte des partis en vigueur au Bénin reconnaît et garantit le droit de tout citoyen à créer, adhérer et démissionner librement et sans aucune contrainte de tout parti politique. C’est d’ailleurs en vertu de ce droit que Fiacre Godemé a adressé sa lettre de démission au bureau politique de son parti UP.

 

Banniere carrée

Bruno Amoussou aurait pu donner un meilleur exemple à la classe politique…

Dans le respect strict de la loi qui, d’ailleurs, est au-dessus des règlements intérieurs des partis politiques, le Président du parti UP, Bruno Amoussou n’avait d’autre choix que de prendre acte et d’entériner la démission du militant Fiacre Godemé. Bruno Amoussou a une forte expérience dans le jeu politique au Bénin. Député, il était membre de la 7e législature qui a voté les lois qui ont réformé le système partisan y compris celle liée à la charte des partis politiques. Il est donc incompréhensible que ce soit le président Bruno Amoussou qui, le premier, viole cette charte des partis politiques en s’opposant à la réforme du système partisan. C’est un très mauvais signal envoyé depuis le parti UP. Si l’article 11 du règlement intérieur autorise le président Bruno Amoussou à s’opposer à une démission alors ce règlement intérieur est en contradiction avec la charte des partis politiques et doit être réactualisé le plus tôt possible. Le parti politique n’étant pas une prison, les citoyens doivent pouvoir être libres d’y adhérer ou d’en démissionner sans aucune forme de chicaneries de la part des principaux responsables.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!