En réponse aux syndicats de l’Intérieur et de la Sécurité Publique: le vétérinaire Sacca Lafia expose son impéritie au ministère

0 59

Sacca Lafia nourrit l’actualité socio-politique béninoise ces derniers jours. Mais, désagréablement pour son honneur ! L’homme a lâché un propos qui a aussitôt suscité de nombreux commentaires et diverses interprétations dans l’opinion publique.

Ce jeudi 27 mai 2021, Sacca Lafia a passé le témoin à son successeur Alassane Seidou à la tête du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique. À cette cérémonie solennelle, les syndicalistes du personnel civil n’ont pas été du tout malléables envers leur désormais ex-patron. Ils ont en effet craché un discours producteur de honte inoubliable sur le visage de Sacca Lafia. “Les travailleurs garderont le mauvais souvenir de la gestion parfois hasardeuse du personnel à la limite discriminatoire, foulant parfois au pied les principes de l’impartialité qui caractérisent la fonction publique …”, a déclaré le représentant du syndicat du personnel civil pour ainsi désapprouver la gestion de l’autorité ministérielle sortante durant ses jours à la tête du ministère.

Ne voulant pas digérer cette humiliation par le silence, Sacca Lafia lâche un propos qui, en réalité, le plonge davantage dans la fosse de honte. “{…} Que j’aie une gestion hasardeuse du personnel, bon, c’est possible. Je ne m’y connais pas. Je n’ai pas fait gestion de personnel. Je suis un vétérinaire”, a glissé Sacca Lafia pour tenter de clouer le bec aux travailleurs. Une déclaration qui a fait éclater du rire tous les participants de la cérémonie. Il en ressort qu’il aurait manqué de mots justes pour se sauver.

Décryptage du propos de Sacca Lafia …

Banniere carrée

Si le désormais ex-patron des flics ne mesure pas lui-même la grossièreté de son discours-réponse, il ne sera pas superflu d’avoir déduit qu’il a tenu un propos dangereux qui mérite d’être décrypté. D’abord, il faut préciser qu’il avait été désigné par l’Assemblée nationale pour siéger au prochain Conseil Électoral. Et qu’il ne s’y était pas opposé parce qu’il est un vétérinaire. Puisqu’en vérité, le Conseil Électoral ne ressemble en rien à une clinique vétérinaire. Ses dires révèlent aujourd’hui qu’il risque de “se perdre” au Conseil Électoral. Là-bas, il est aussi question de la gestion des ressources humaines. Lui-même le sait bien. Et pourtant !

L’autre paramètre non négligeable, tout porte à croire aujourd’hui que Sacca Lafia ne méritait pas d’être nommé ministre, du moins celui de l’Intérieur et de la Sécurité publique où il s’agit essentiellement de la sécurisation des citoyens et de la préservation de l’ordre public. Là, on est en droit de se demander s’il insinue ainsi que le chef de l’État aurait commis l’erreur de l’avoir nommé ministre alors qu’il est “seulement compétent” pour soigner les animaux.

Le Chef du gouvernement aurait-il créé le ministère de la Santé des animaux pour le confier à Sacca Lafia parce qu’il n’a pas fait la gestion des ressources humaines, plutôt habileté dans le traitement des animaux ? En tout cas, cette réponse de “c’est possible. Je n’ai pas fait gestion de personnel. Je suis un vétérinaire” révèle le domaine d’excellence de l’ancien ministre de l’Intérieur et de Sécurité publique qui siégera bientôt malheureusement au Conseil Électoral.

LIRE AUSSI : Consommation de la Chicha au Bénin: Benjamin Hounkpatin et Sacca Lafia lents à réagir

Gaëtan .D

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!