Introduction des betteraves rouges dans l’alimentation du nourrisson : un atout pour la croissance

1 75

Pour la plupart des Béninois, les betteraves sont utilisées pour réaliser la salade de légumes ou servent de remède contre l’anémie. Cependant, si l’on doit énumérer ses vertus, son apport dans la croissance du nourrisson en est une que l’on ignore.

Pas besoin de chercher loin pour la repérer sur un étalage ! Facilement reconnaissable par sa couleur vive, rouge / violette, la betterave potagère est présente sur presque tous les étalages de vente de légumes au Bénin. Légume racine, au même titre que la carotte, elle est une sous-espèce des plantes de la famille des Amaranthaceae, cultivées pour leurs racines et à plusieurs utilisations (production de sucre, comme légume et comme fourrages).
Sous nos cieux, les vertus de la betterave pour le bien-être sanitaire sont inconnus de plus d’un. Pourtant, elle a été l’objet de nombreuses réflexions scientifiques qui, à la date de ce jour, renseignent à suffisance sur ses bienfaits sur la santé. Pour le nourrisson, ils ne sont plus à démontrer. Publié le 18 mai 2020 sur Potpotam, site internet dédié aux repas spécialement cuisinés pour répondre aux besoins des bébés, l’article intitulé « introduction de la betterave chez le bébé » apporte des clarifications : « (…) la betterave constitue un atout pour la croissance de bébé et est idéale pour diversifier ses menus. Riche en antioxydants et acides gras essentiels, elle regorge également des minéraux tels que le calcium, le phosphore, le magnésium et le potassium. Ce légume participe au renforcement du système immunitaire de bébé et optimise sa vitalité en lui procurant de la vitamine A et C. On le considère aussi comme un allié pour la vue et la santé cardio-vasculaire, d’autant plus qu’elle apporte beaucoup de calories et donc de l’énergie ».

Interrogé sur le sujet, Judicaël Evrard AGBO, étudiant en master 2 en Nutrition et Sécurité Alimentaire à la Faculté des Sciences Techniques (Fast) de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac), vient en rajouter à la liste des apports du légume dans la croissance du nourrisson. « La consommation de la betterave apporte un taux important de fer qui induit une bonne croissance, un développement mental, une capacité d’apprentissage parfait, chez l’enfant ». Dans le cadre d’une alimentation équilibrée et diversifiée, elle renforce également « son système immunitaire. On la recommande d’ailleurs aux femmes enceintes souffrantes d’une carence de fer puisqu’elle agit directement sur la croissance du fœtus », explique-t-il.

Pour les bébés âgés entre 8 et 9 mois…

Au même titre que les autres légumes, la betterave peut être intégrée dans l’alimentation du bébé après 6 mois d’Allaitement Maternel Exclusif (Ame). Sur la tranche d’âge adéquate pour sa consommation chez le nouveau-né, les nutritionnistes sont restés unanimes.

Avant 8 mois, elle n’est recommandée que pour ramener les selles à la normale et éliminer la constipation, mal fréquent chez les nourrissons. Christiane Tchede Noua, nutritionniste béninoise, apporte des précisions. « Les fibres contenues dans la betterave peuvent se dissoudre facilement dans l’organisme. Elles ont pour effet de stimuler les intestins et d’augmenter le volume des selles, afin d’aider à les évacuer. La betterave constitue donc un bon remède contre la constipation », conclut-elle.

Banniere carrée

À l’âge de 8 mois, le nourrisson peut consommer sans risque des betteraves. Son introduction est progressive et compte dans la diversification alimentaire au même titre que les autres légumes. « Ce n’est qu’après que l’enfant a déjà visité le menu d’autres légumes (courgettes, citrouille, pommes de terre, brocoli, chou-fleur, carottes), qu’il commence à introduire des betteraves dans son alimentation. S’il n’y a pas de réactions allergiques, il n’y a pas de tendance aux allergies, alors l’âge de l’introduction des betteraves est 8-9 mois », renseigne kid.htgetrid.com, site d’information sur la famille, les enfants et la maternité.

Même s’il ne présente normalement aucun risque de réaction allergique, les nutritionnistes préconisent de le tester avec le bébé au moment du repas de midi, pour sa première consommation.

Cuite et fondante…

La betterave contient sans doute de nombreuses substances nutritives bénéfiques pour l’organisme humain. Cependant, son apport dans le bien-être des nourrissons peut être conditionné. Pour être consommée, elle doit être servie cuite et tendre. « Les bébés n’ont pas encore des dents pour la mastication et faciliter la digestion. Leur système digestif n’est pas encore apte. On ne saurait passer directement aux aliments durs », prévient Mahounakpon Wilfried Tossou, responsable de Nutrie-Vie, un groupe de nutritionnistes en Freelancer. À ce propos, sa collègue, Christiane Tchede Noua, explique : « La betterave doit être fondante pour permettre à l’enfant d’ingérer facilement. La cuisson à la vapeur permet de conserver toutes les vitamines et les nutriments du légume et les rend plus biodisponible pour l’organisme ».

Comme tout légume, les betteraves peuvent s’associer à d’autres aliments pour être servies aux nourrissons. Ainsi donc, de nombreuses possibilités s’offrent aux nourrices. « En fonction de son âge, vous pouvez ajouter de la pomme de terre, des petits pois, du riz ou même des lentilles. La betterave s’accorde également avec le poulet, le jambon ou le tofu. Mélangé à de la pomme, ce légume racine, constituera une excellente compote pour le goûter ou le dessert », propose Potpotam.

Toutefois, nonobstant ses bienfaits, la betterave peut être nocive lorsque les nourrices sont moins prudentes. En cas d’abus, il est susceptible d’être source de problèmes de santé liés en raison de sa composition en nitrate. Aux enfants sujets à la diarrhée, manger des betteraves est souvent contre-indiqué. « Il faut que la betterave soit vraiment cuite et bien fondante jusqu’à ce que l’enfant puisse commencer à mâcher les aliments. Et servir en de petites quantités, sinon, elle aura un effet laxatif et l’enfant ira régulièrement à la selle », averti Judicaël Evrard AGBO.

Nadine BEHANZIN

1 commentaire
  1. DANDJO Claude dit

    Exactement
    Mais il n’y a pas le marché

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!