Accusé de viol sur son apprenant mineure : le directeur d’une école primaire publique de Dogbo arrêté

2 67

Le commissariat de Dogbo a enregistré un cas de viol sur mineure. Dans cette affaire, François DEGBEY est arrêté et gardé à vue depuis la semaine dernière. Hier lundi 7 novembre 2022, il a été présenté au procureur du tribunal de Lokossa. Mais, il a été renvoyé au commissariat en attendant d’être à nouveau présenté au parquet. Son garde à vue est ainsi prorogé au profit de la poursuite des enquêtes.

Des informations glanées auprès de plusieurs sources, François DEGBEY est le Directeur de l’École Primaire Publique de Zoundjihoué, arrondissement de Tochangni dans la commune de Dogbo. C’est lui le présumé auteur de viol sur son apprenant mineure de 17 ans. Les sources rapportent qu’il a commis l’acte au cours de l’année scolaire dernière.

Cette année, la victime a refusé de reprendre les classes. “Elle a repris tardivement après des supplications de ses parents, du directeur lui-même et d’autres personnes”, précisent les sources. Mais, à l’école, la petite commence à subir ce qu’elle craignait en optant pour l’abandon, c’est à dire la stigmatisation. Ses camarades se mettent à se moquer d’elle. Ils chuchotent entre eux et estiment qu’elle va reprendre les “bêtises” de l’année dernière avec le directeur.

Banniere carrée

Frustrée et ayant honte de ces commérages, elle passe aux aveux à ses parents. À la maison, elle révèle tout sur la relation extrascolaire existant entre elle et son directeur. Pour éviter la fuite de l’affaire, celui-ci trouve une entente avec les parents de la victime. Les sources renseignent à cet effet qu’il a versé une partie d’un montant peu colossal aux progéniteurs.

Mais, de bouche à oreille, le Centre de Promotion Sociale et la police sont informés. La suite, a été interpellé par le commissariat de Dogbo. Car, les “bêtises” dont on parle les enfants n’étaient rien d’autre que des actes sexuels entretenus avec leur camarade.

À suivre…

G. D.

2 commentaires
  1. AKAKPO Gabriel dit

    Bon

  2. Tossa dit

    Les parents de la victime sont aussi complices.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!