Lutte contre l’exploitation économique des enfants: le plan d’urgence sur la campagne “Tolérance zéro au travail des enfants dans les secteurs à forte prévalence au Bénin” lancé

0 67

La Ministre du Travail et de la Fonction Publique Adidjatou Mathys a procédé ce vendredi 13 avril 2023 au lancement officiel du plan d’urgence sur la campagne: “Tolérance zéro au travail des enfants dans les secteurs à forte prévalence au Bénin”. C’était à la salle des fêtes des tours administratives en présence de sa collègue des affaires sociales et de la Microfinance Véronique Tognifodé et bien d’autres personnalités et acteurs intervenant dans la protection des enfants.

“Le travail des enfants constitue une violation des droits fondamentaux de l’homme” C’est en ces thèmes que la Directrice Générale du Travail a planté le décor de cette cérémonie de lancement qui est le couronnement d’un long parcours fait de concertation de réflexion et de productions diverses. Selon la ministre des affaires sociales et de la Microfinance, les différentes parties prenantes à travers cette initiative témoignent encore une fois que la protection des enfants est une responsabilité partagée au regard des nombreuses conséquences surtout sur leur santé et leur éducation. “Nous devons agir et le plus rapidement possible pour contrer les actes constituants des violations des droits des enfants et qui ternissent l’image de notre pays. Le travail des enfants met à mal et ne favorise pas la perception des diverses réformes entreprises par le gouvernement pour la protection et la promotion des droits des enfants. Qu’il s’agisse de la gratuité de certains frais de scolarisation des enfants en général, des transferts monétaires pour le maintien des filles à l’école en particulier, des repas chauds offerts à travers les cantines scolaires, du renforcement du corps enseignant et des infrastructures pour une scolarisation juste et équitable, de la mise en place de la ligue d’assistance à l’enfant pour d’éventuelles dénonciations et pour sauver l’enfant en détresse, de l’assainissement des milieux, des centres d’accueil de protection de l’enfant avec une plateforme de suivi, les diverses campagnes de sensibilisation pour informer sur les droits des enfants, etc., le gouvernement du président Patrice Talon multiplie les initiatives pour mettre l’enfant à l’abri des violences, des abus et de l’exploitation” a déclaré Véronique Tognifodé. Ce pendant, les cas de maltraitance des enfants persistent à l’en croire. D’où son Ministère contribuera avec toutes les parties prenantes, à la mise en œuvre de ce plan.

Banniere carrée

Pour la ministre Adidjatou Mathys, malgré la législation en vigueur au Bénin interdisant toute forme d’exploitation ou de maltraitance des enfants, bon nombre continuent d’être détournés de leur cheminement naturel qui est celui d’aller à l’école ou de prendre part à une formation professionnelle de qualité. “Des agents économiques, mus par le gain facile, n’hésitent pas à soumettre ces êtres innocents et fragiles à des travaux sans commune mesure avec leur âge ou leurs capacités physiques. Des enfants se retrouvent ainsi dans les marchés, les rues, les centres d’apprentissage, les carrières de mines et les chantiers ou même dans des maisons où ils sont soumis à la mendicité, à des travaux épuisants ou dangereux et parfois à l’exploitation sexuelle dans des conditions inadmissibles” déplore Adidjatou Mathys. C’est donc face à ces constats tristes et déstabilisants que la campagne “Tolérance zéro au travail des enfants dans les secteurs à forte prévalence au Bénin” concue dans le cadre d’un plan d’urgence est lancée. Les objectifs poursuivis par le ministère du travail et de la fonction publique en initiant cette activité sont: mobiliser les acteurs de protection de l’enfant, les usagers des marchés, les artisans, les communautés et les enfants eux-mêmes dans la lutte contre le travail des enfants ; mener des visites conjointes d’inspection et de contrôle dans les marchés, les carrefours et autres points de vente ; identifier et retirer les enfants victimes d’exploitation économiques et de maltraitance, y compris ceux impliqués dans la mendicité ; poursuivre la prise en charge et la réinsertion des enfants en situation de travail et de mendicité ; engager des actions à l’encontre des auteurs et complices d’exploitation économiques des enfants ; enfin, capitaliser les bonnes pratiques en matière de lutte contre l’exploitation économique des enfants.

Abbas T.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!