Après avoir remporté ‘’l’ours d’or’’ avec l’œuvre « Dahomey » au Berlinale : la cinéaste franco-sénégalaise félicitée pour son talent

0 236

La cinéaste franco-sénégalaise Mati Diop a remporté le 24 février dernier en Allemagne, l’ours d’or au 74e festival international de cinéma de Berlin appelé Berlinale. C’est grâce à son documentaire intitulé « Dahomey ». Une œuvre qui porte sur les 26 trésors royaux pillés et restitués au Bénin il y a un peu plus d’un an. La cinéaste part de cette restitution pour raconter comment la jeunesse africaine, la jeunesse béninoise en particulier perçoit ces anciens objets pour son avenir continental. Quelques jours après ce sacre, le Ministre béninois du Tourisme, de la Culture et des Arts, Jean-Michel Abimbola a félicité Mati Diop pour son extraordinaire talent qui a fait honneur au Bénin.
Aussi, a-t-il rappelé l’implication active des autorités béninoises dans la réalisation de cette œuvre.

RECOMPENSE SUPREME A BERLIN POUR « DAHOMEY » : LE BENIN A MISE SUR L’HISTOIRE DE LA RESTITUTION DES TRESORS ROYAUX.

Le film « Dahomey », documentaire sur le retour au Bénin des biens royaux pillés par le colonisateur français, vient de remporter l’Ours d’or, la plus grande distinction de la Berlinale, le festival international du cinéma de Berlin en Allemagne.

Banniere carrée

Nous sommes heureux et fiers d’avoir été à l’initiative de cette œuvre qui est, d’une part, une commande du gouvernement béninois et d’autre part, un symbole de l’engagement de l’Etat à faire des arts et de la culture l’un des axes majeurs du rayonnement du Bénin à l’international.

Mati DIOP, la réalisatrice franco-sénégalaise, a travaillé avec les autorités béninoises qui ont mis à sa disposition toutes les facilités et les commodités pour le développement de ce projet : de l’accès aux trésors royaux du Danxomè aux interviews des personnalités culturelles du pays, des facilités administratives à l’appui financier à la production. L’équipe de tournage a pu suivre le déplacement des œuvres du Quais-Branly jusqu’à à leurs expositions au Palais de la Présidence de la République du Bénin en 2022. L’immersion de la réalisatrice dans la culture et les traditions du pays, substrat essentiel d’un patrimoine riche et diversifié, lui a permis de comprendre la portée de l’acte du gouvernement et ce qu’il représente pour les populations, notamment les jeunes..
Le film, dans une trame dramatique, donne la parole à l’une des œuvres, la statue anthropomorphe du roi Ghezo qui raconte de l’intérieur, son parcours historique et son retour sur sa terre d’origine.
Grâce à ce film, le Bénin poursuit sa politique de promotion et de valorisation des œuvres d’art de ses traditions créatives. Cette réalisation témoigne aussi au monde l’engagement du pays à continuer le plaidoyer pour la restitution des œuvres les plus emblématiques de son patrimoine.
La presse internationale et les spécialistes du cinéma ont unanimement salué cette distinction. S’ils mettent en évidence l’écriture du film et son esthétique, ils reposent la question des biens africains spoliés par les Européens et détenus hors du continent. Ils en appellent à leurs restitutions pour permettre aux populations d’en jouir comme tous les peuples du monde attachés à leurs cultures et à leurs patrimoines. L’expérience du Bénin en est un exemple.
Nous adressons nos vives félicitations à Mati DIOP pour son extraordinaire talent et pour ce prix prestigieux. Après « Woman King », « Dahomey » est, en l’espace de trois ans, le deuxième grand long métrage international qui met à l’honneur le Bénin à travers son histoire et son patrimoine.

Babalola Jean-Michel H. ABIMBOLA, Ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!