Participation à la biennale d’art contemporain de Venise : le MTCA rappelle les motivations du Bénin et dévoile le thème de son pavillon

0 277

Le ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts (MTCA), Jean-Michel Abimbola a animé une conférence de presse ce jeudi 21 mars 2024, autour de la participation du Bénin à la 60e édition de la biennale d’art contemporain de Venise en Italie. L’autorité a saisi cette occasion pour dévoiler le thème du pavillon du Bénin et préciser les ambitions du gouvernement en autorisant la participation du pays à ce grand rendez-vous considéré comme les Jeux Olympiques de l’art plastique.

Banniere carrée

Du 20 avril au 24 novembre prochain se tiendra en Italie la 60e édition de la Biennale de Venise. Un rendez-vous international de la culture qui connaitra la participation d’une cinquantaine de pays dont le Bénin. Le pays sera représenté par quatre (4) talentueux artistes plasticiens que sont Romuald Hazoumè, Chloé Quenum, Moufouli Bello et Ishola Akpo sélectionnés parmi tant d’autres par un comité curatorial composé de Azu Nwagbogu, Yassine Lassissi et Franck Houndégla. Pour cette première, le Bénin présentera un pavillon intitulé « Everything precious is fragile ». Une exposition qui explore la riche histoire du Bénin à travers les thèmes de la traite négrière, de la figure de l’amazone, de la spiritualité et de la religion Vodun.
Face à la presse ce jeudi, le ministre du Tourisme a rappelé ce qui motive le Bénin à prendre part à la biennale de Venise qui est un carrefour mondial de la révélation de l’art contemporain. « La participation du Bénin à la biennale de Venise est motivée par la politique mise en place par le gouvernement depuis 2016 et qui vise à faire de la culture, le 2e pilier de développement du pays après l’agriculture », a-t-il fait comprendre aux professionnels des médias.
Selon les explications du ministre, avec cette participation et dans la perspective de la mise en service des équipements culturels, le Bénin réussira à valoriser l’art contemporain béninois pour son rayonnement à l’international, à créer une porte d’entrée en Afrique pour les collectionneurs et les professionnels du monde de l’art, à renforcer l’attractivité de l’art béninois et par extension la mobilisation des investisseurs et des professionnels autour de la chaîne des valeurs de l’économie artistique du Bénin. «Pour avoir une place sur la carte mondiale en matière du Tourisme, de la Culture et des Arts, nous ne pouvons pas rester en valse clos. Nous devons interagir avec le monde. Nous devons aller sur les marchés, nous adresser à ceux qui l’animent», a poursuivi Jean-Michel Abimbola.

L.T.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!