Installation des conseillers communaux: Les probables rivalités dans certaines grandes communes

0 61

Cotonou, le poumon économique et la ville la plus en vue est entrée le giron du parti Union Progressiste, mais le siège de maire sera disputé entre deux personnalités. Le maire sortant de Bohicon Luc Atrokpo venu du centre pour se positionner à Cotonou. Certaines langues donnent déjà l’hôtel de Wologuèdè au président de l’ANCB qui selon ces dernières serait le choix du chef de l’État. En face mais dans le même camp, le jeune entrepreneur boulanger Gatien Adjagboni lorgne également le siège et se positionne en rival sérieux à Luc Atrokpo.

Banniere carrée

Le duel Bada-Honfo

À côté, le scénario se joue à Abomey-Calavi entre le maire sortant Georges Bada et son 2e adjoint Julien Honfo. Le premier a géré la mandature finissante de 2015 à 2020 et compte renouveler à la tête de la mairie. Mais la sauvegarde de son siège ne sera pas une mince affaire puisqu’il fera face à Julien Honfo, l’élu de Godomey où l’UP a réuni 12 conseillers. Fort de ce grand apport en nombre de conseillers à l’UP communal, l’actuel DAM est un sérieux candidat à la succession du maire et peut bénéficier de l’impopularité et d’une certaine opinion qui suggère que le maire provienne du grand arrondissement Godomey. Les deux derniers maires sont en effet ressortissants de l’arrondissement de Calavi-centre.

Le duel entre Yaya Aboubakar et Amadou Issifou aura-t-il lieu ?

Les FCBE ont gagné la majorité absolue des sièges à Parakou et devraient logiquement désigner en leur sein le maire. Mais cet exercice s’annonce difficile pour Paul Hounkpè et ses lieutenants. Deux personnalités se dégagent et peuvent valablement être candidats à siéger à l’hôtel de ville. Il s’agit de l’ancien ministre du Travail de Boni Yayi, Yaya Aboubakar et de l’ancien député FCBE Issifou Amadou. Ces deux élus sur la même liste vont recueillir l’arbitrage du SEN pour se départager et régner avec sérénité sur la cité des Kobourous.

Abraham Akpalla va-t-il céder sa place à Malick Gomina ?

Djougou  se partage en deux générations. L’ancienne incarnée par le maire sortant Abraham Akpalla et la nouvelle génération conduite par Malick Gomina, le novice en politique. Les deux ont vaillamment mené le combat pour que le BR ait l’absolue majorité à Djougou. Ils peuvent logiquement se positionner pour prendre la tête de la mairie. Mais il est souhaitable qu’ils s’entendent, au risque de voir apparaître un troisième larron.

Le combat sans merci Gansè-d’Almeida

Armand Gansè n’en a pas fini avec ses déboires après un début de campagne bousculé par des propos qualifiés d’ethnocentrique. Son élection et la victoire de sa formation politique ne lui garantissent pas encore le fauteuil de maire. Il fera face à des rivalités dans son propre camp dont celle de Rufino d’Almeida est la plus redoutable. Le directeur de cabinet du ministre d’État Bio Tchané, premier responsable du BR, peut lui être préféré.

Ange M’TOAMA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!