1ère édition de Fédia 2020 : L’industrialisation de l’Afrique au cœur des préoccupations

0 39

“L’Afrique doit compter sur ses ressources pour se développer” a affirmé Marx Tomety à l’entame des travaux dudit Forum. A en croire ses propos, l’idée de ce Forum est partie de l’analyse du fonctionnement de l’économie mondiale qui nous révèle que le concept de la globalisation et de la mondialisation de l’économie est une invention, une nouvelle jungle dans laquelle les poids lourds (les grandes puissances) essayent d’écraser les plus faibles à travers des accords bilatéraux et ou, multilatéraux.

La conscience des Africains est interpellée, car pour exister dans la mondialisation et la globalisation de l’économie, L’Afrique doit s’industrialiser. Malheureusement, elle est à la traine regrette Marx Tomety, qui a assuré que l’heure du réveil a sonné et l’Afrique doit penser son industrialisation.

Pour le secrétaire général du Haut Conseil des Béninois de l’extérieur, Alfred Idohou, il salue la vision éclairée du président Patrice Talon qui a dématérialisé l’administration publique. Il a précisé le rôle de la diaspora dans le développement économique du pays et au delà du continent. Il a fait savoir plus loin qu’un groupe scientifique a été mise en place à cet effet et qui regroupe plus d’une centaine de béninois, tous des cadres éparpillés dans le monde.

Pourquoi le FEDIA  ?

Banniere carrée

Le Forum Économique de la Diaspora pour l’industrialisation de l’Afrique (FEDIA) est alors créé pour réunir toutes les forces vives pour penser l’industrialisation du continent. C’est un événement annuel qui réunira les hommes et les femmes d’affaires installés sur le continent, la diaspora africaine et les dirigeants africains pour trouver les voies et moyens par lesquels, l’Afrique parviendra à l’industrialisation.

Pendant les trois jours du Forum, les conférences et des ateliers permettront d’identifier le type de modèle d’industrialisation propre à l’Afrique. Les porteurs de grands projets auront l’opportunité de les défendre devant de grands groupes d’investisseurs présent sur la plateforme digitale.

Au dire du président du comité d’organisation, Marx Tomety, ce Forum n’est pas un forum de plus. Au contraire, c’est une recherche constante de solutions à l’industrialisation de l’Afrique. L’objectif est donc de faire de l’Afrique un continent capable de transformer 80℅ de ces matières premières en produit fini à l’horizon 2030 et une puissance industrielle à l’horizon 2035. Il va demander humblement aux dirigeants des pays africains de les accompagner dans la mise en œuvre des conclusions qui sortiront de leurs travaux.

Pour rappel, ce Forum a été tenu dans le respect et l’observance des mesures et règles de prévention au nouveau coronavirus, Covid-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!