Bradage des réserves administratives à Djimè Sud à Abomey: le ministre Fortunet Nouatin auditionné par la police judiciaire

0 107

Aucun détail n’est négligé par l’autorité judiciaire dans l’affaire de bradage des réserves administratives à Djimè Sud à Abomey. Personne n’échappe aux griffes des officiers de police judiciaire, bras opérationnels du parquet spécial de la Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (CRIET). En attendant l’audience du 12 juin prochain, une série d’auditions a été réalisée.

Banniere carrée

Annoncé être dans le viseur des enquêteurs depuis l’ouverture du dossier, Fortunet Nouatin, actuel ministre délégué à la Défense nationale, a finalement été écouté sur PV. Les officiers de police judiciaire l’ont écouté ès qualité d’ancien maire d’Abomey. Selon nos sources, tenant compte de son statut de ministre en fonction, Fortunet Nouatin n’aurait pas été invité dans les locaux de la brigade criminelle. Les officiers de police judiciaire se seraient eux-mêmes déplacés pour écouter et prendre la déclaration de Fortunet Nouatin. Fortunet Nouatin qui a pris les rênes de la mairie à la suite de Blaise Ahanhanzo-Glèlè est celui qui a signé des certificats administratifs de propriété à des bénéficiaires des réserves administratives bradées. C’est donc certainement pour cet acte que l’ancien maire d’Abomey Fortunet Nouatin se retrouve dans le viseur des enquêteurs. Désormais, le consensus est fait sur l’illégalité de l’arrêté du 10 juin 2011 pris par l’ancien maire Blaise Ahanhanzo-Glèlè pour autoriser la cession à titre onéreux des réserves administratives relevant du patrimoine foncier de la commune d’Abomey à des copains, amis, particuliers, cadres techniques de la mairie et à des élus communaux. Alors qu’il était censé annuler cet arrêté pour protéger le patrimoine de la commune, l’ancien maire Fortunet Nouatin a plutôt pris appui sur cet arrêté pour délivrer des certificats administratifs de propriété à certains bénéficiaires des réserves administratives bradées. Quoi qu’il en soit, sa déclaration dans le dossier a été enregistrée par les OPJ. Mis à part Fortunet Nouatin, nos sources bien introduites renseignent également que tous les élus communaux de la deuxième mandature (2008-2015) d’Abomey ont été convoqués et écoutés sur PV. Quatre (4) élus ayant siégé à cette mandature sont décédés, selon nos sources. Mais tous les autres élus ont été auditionnés après les membres du comité de lotissement. Dans le même dossier, nos sources informent que de nouvelles charges sont retenues contre l’ex-maire d’Abomey Blaise Ahanhanzo-Glèlè qui a échappé, belle, à la case prison fin mai après une garde à vue. L’ancien maire Blaise Ahanhanzo-Glèlè et son ancien chef service des affaires domaniales Victorin Aholou ont été écoutés dans une autre affaire relative à l’ouverture des voies dont l’argent serait décaissé sans la réalisation des travaux. Blaise Ahanhanzo-Glèlè risque gros avec cette nouvelle affaire puisque l’étau se resserre autour de sa personne. Suite à ces auditions à la brigade criminelle, tous les mis en cause et autres témoins seront déférés devant le procureur spécial de la CRIET dans le cadre de l’audience du 12 juin prochain. Le glaive de la justice ne veut épargner personne. Et voyant sans doute venir leur chute tragique dans une cellule de prison, certains mis en cause ont fait une délégation pour aller rencontrer un proche parent du chef de l’État. Selon nos sources, ils sont allés demander une médiation à ce parent dans l’espoir d’obtenir du président Patrice Talon, une action de clémence pour qu’on abandonne les poursuites judiciaires dans l’affaire de bradage des réserves administratives à Djimè Sud à Abomey. Mais, ils ont tout faux. Patrice Talon est l’apôtre de la lutte contre l’impunité. Les mis en cause pourront toujours attendre. Les coupables seront tous jetés comme des malpropres en prison au bout de la procédure judiciaire. Si les présumés auteurs du crime foncier de Djimè Sud continuent de rêver d’une hypothétique intervention du Président Talon, le regard des citoyens épris de justice reste tourné vers la Criet le 12 juin prochain.

Brivaël Klokpê Sogbovi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!