[ALERTE] Résidence du DDPR/Alibori à Kandi: des activités commerciales au mépris des lois constatées

0 57

• L’eau et l’électricité prises en charge par l’État utilisées pour la vente de jus, glaces…

• Les parents du Ddpr/Alibori Seidou Issiaka Benon qui livrent les produits doivent payer les factures

• Dépêcher une mission de contrôle, l’acte attendu de Talon et de la hiérarchie policière

Banniere carrée

Dans le département de l’Alibori, la résidence allouée par l’État au Directeur départemental de la police républicaine (Ddpr) est au centre d’une série de questionnements. Du moins chez les citoyens avertis et préoccupés par le respect des lois, cette résidence est devenue un sujet de réflexion. Ici, ce n’est pas la qualité de la résidence qui intéresse ceux qui murmurent. Les locaux réservés à Kandi pour servir d’habitation au Ddpr/Alibori est un bâtiment de l’ancienne gendarmerie, un corps de l’armée disparu depuis l’avènement de la Police républicaine, née de la fusion entre police et gendarmerie. Actuellement, c’est Seidou Issiaka Benon, Commissaire principal de la Police républicaine qui occupe ce bâtiment. Il était l’adjoint de l’ancien Ddpr/Alibori avant d’être nommé Ddpr du même département. Selon nos sources, Seidou Issiaka Benon occupait déjà la résidence objet du présent article depuis qu’il était Ddpr-A/du département de l’Alibori. Une fois nommé, les mêmes sources précisent qu’il y est resté. L’ancien Ddpr Alibori, quant à lui, a donc quitté la résidence suite aux titres de mutation et de nomination. Le hic, comme évoqué plus haut, ce n’est pas la qualité du bâtiment servant de résidence à l’actuel Ddpr qui suscite le débat. C’est plutôt ce qui s’y passe qui interpelle. Alors que cette résidence est prise en charge par le contribuable public, des activités commerciales générant des bénéfices dans les poches privées s’y déroulent au nez et à la barbe des populations.

Une résidence devenue une boutique de grossiste…

La résidence de Seidou Issiaka Benon à Kandi, le Ddpr/Alibori est l’endroit idéal pour s’approvisionner en divers produits de consommation. Ce bâtiment est devenu une sorte de boutique de gros où acheteurs et détaillants viennent payer. Un commerce florissant de glace, de jus et autres se mène dans l’enceinte de la résidence du Ddpr/Alibori. Or, l’énergie électrique et l’eau qui sont utilisées pour soutenir cette activité sont entièrement prises en charge par le contribuable public à travers les taxes. Les promoteurs de ce commerce au domicile du Ddpr/Alibori Seidou Issiaka Benon se la coulent douce sur le dos du contribuable béninois. Alors même que les textes de loi interdisent ce type de commerce aux agents publics. Au titre de l’article 10 de la loi n°2011-20 du 12 octobre 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin, il « Est interdit à tout agent public, l’exercice par lui-même ou par personne interposée, à titre professionnel, d’une activité privée lucrative de quelque nature que ce soit, sauf dispositions légales contraires ». À cela s’ajoute l’article 76 de la loi 2020-16 du 3 juillet 2020 portant statut particulier des personnels de la Police républicaine. Aux termes de cet article, « il est interdit à tout fonctionnaire de police en activité d’exercer personnellement à titre professionnel une activité privée lucrative de quelque nature que ce soit. (…)». Le commerce qui se déroule dans cette résidence du Ddpr/Alibori est donc non conforme aux lois de la République. Nous pouvons supposer que le Ddpr/Alibori Seidou Issiaka Benon n’est pas lui-même le principal promoteur de cette activité commerciale avec l’eau et l’énergie payées par le contribuable béninois. Mais même avec cette supposition, il ne serait pas totalement dédouané. Il ne peut dire qu’il ne sait pas qu’une telle activité commerciale se mène dans sa résidence. Son silence et l’absence d’action de sa part pour interdire cette activité commerciale sonnent comme une caution morale au commerce de glace, de jus et autres. Auquel cas, le Ddpr Alibori est blâmable. D’autant plus que la dame qui est très active dans la livraison des produits dans l’enceinte de la résidence est sous le tutorat du Ddpr/Alibori Seidou Issiaka Benon. Pendant qu’on parle de la cherté de la vie, on ne peut permettre à un Directeur départemental de police de faire profiter l’énergie et l’eau (dont le coût est pris en charge par le contribuable public) à ses parents qui sont sous son tutorat. Le Président de la République Patrice Talon et la hiérarchie policière sont appelés à dépêcher une mission de contrôle sur le terrain. La cellule présidentielle de contrôle logée à la Marina ou encore l’inspection générale de la police républicaine devront se rendre sur les lieux aux fins de constater les faits. Notre équipe d’investigation qui a pu se rendre au domicile du Ddpr Alibori et qui a été servi comme tout client s’est rendu compte qu’il y avait plusieurs congélateurs utilisés pour le commerce de la glace, des jus et autres. Les images prises à l’occasion sont là et serviront de preuve au cas où le Ddpr Alibori Seidou Issiaka Benon nierait les faits. Quoi qu’il advienne, il serait utile, au nom de la justice, d’exiger des promoteurs de ce commerce de produits congelés à la résidence du Ddpr/Alibori le paiement en bonne et due forme des factures à la Sbee et à la Soneb. L’époque de la fraude est révolue. À suivre…

Rose .H

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!